Attaque par injection : définition et risque pour les entreprises

Après la lecture de cet article, vous comprendrez davantage :

  • Ce qu’est une attaque par injection
  • Les différents types d’attaques par injection
  • Les motivations derrière les attaques par injection
  • Les dangers pour les PME
  • Les méthodes de protection contre ce type de cyberattaque
Services-geres

L’attaque par injection, loin d’une petite piqûre

S’il est possible de comparer l’attaque par injection à un vaccin que l’on pourrait recevoir, les conséquences en sont tout autre. Voyez plutôt cette forme de cyberattaque comme une piqûre de scorpion venimeuse dans une de vos applications Web.

Cet article vous en apprendra davantage sur l’attaque par injection de même que son implication pour les PME. Comme vous le savez sans doute, les attaques informatiques à l’encontre des petites et moyennes organisations montent en flèche. Pour mieux vous protéger, il est important de prendre conscience des diverses menaces qui planent au-dessus de vous.

 

Définition de l’attaque par injection

L’attaque par injection consiste en l’insertion de code dans un programme ou une application Web. Ce faisant, le cybercriminel tente de changer le cours d’exécution de sa cible, ce qui peut engendrer une multitude de conséquences, telle la propagation de logiciels malveillants ou encore une attaque par déni de service.

Bien souvent, l’attaquant exploite une faille de sécurité connue de l’application ou du logiciel visé, rendant très à risque les logiciels désuets qui ne sont plus mis à jour.

D’ailleurs, si certains de vos ordinateurs reposent encore sur Windows 7, il est extrêmement important que vous prévoyiez effectuer la migration vers Windows 10 avant janvier 2020. Il s’agit de la date à laquelle Microsoft abandonnera le soutien de son système opérateur. Cela signifie que les mises à jour de sécurité ne seront plus effectuées par Microsoft.

 

Les types d’attaques par injection

L’injection SQL est invariablement la forme d’injection la plus répandue dans le monde de la cybercriminalité. Cette dernière est souvent menée en exploitant des formulaires qui se retrouvent sur les sites Web. Ainsi, en injectant des caractères ou des lignes de code dans le formulaire, les pirates peuvent se connecter à des espaces utilisateurs. Ils peuvent ainsi extraire des informations telles que les noms d’utilisateur, les mots de passe ou encore des numéros de carte de crédit.

Il existe de nombreux autres types d’injections, soit l’injection CRLF, le Cross-site Scripting (XSS), l’injection par courriel via SMTP, l’injection de commande dans un système opérateur, l’injection LDAP et l’injection XPath. Cet article d’Acunetix (en anglais) détaille très bien les différents types d’attaques par injection.

 

« [En 2018], l’injection représentait 19 % des attaques contre les applications Web. »
– Imperva, 2019

Un classique indémodable

L’injection est une des plus anciennes formes de cyberattaque, mais qui a toujours la cote chez les cyberpirates. Dans le rapport d’Imperva intitulé The State of Web Application Vulnerabilities in 2018, l’injection représentait 19 % des attaques contre les applications Web. Il s’agit de la méthode d’attaque la plus utilisée envers les applications Web.

La montée en flèche de la quantité d’appareils connectés à internet, communément appelé internet des objets (IdO), ne fait qu’aggraver le problème. Ils sont de plus en plus visés par les pirates de la toile en raison de leur nouveauté et, par conséquent, des failles de sécurité qu’ils présentent.

 

Le risque des Content Management Systems (CMS)

Les Content Management Systems (CMS) sont des plateformes qui permettent la gestion de contenu Web. Vous connaissez sans doute déjà WordPress, qui constitue le CMS le plus utilisé sur la toile.

Extrêmement populaires chez les entreprises en raison de leur convivialité, les CMS représentent toutefois un risque de cybersécurité s’ils ne sont pas entretenus adéquatement. Les mises à jour doivent être correctement effectuées et les plug-ins (modules) que vous y ajoutez doivent être sélectionnés rigoureusement puisqu’ils constituent une porte d’entrée s’ils ne sont pas sécurisés.

 

Les attaques par injection : un risque pour la PME

En raison de leurs ressources limitées, les petites et moyennes entreprises sont bien souvent les souffre-douleur favoris des cybercriminels. Si les grandes organisations sont en mesure d’investir des sommes astronomiques dans leur protection, il en est tout autre pour les organisations de taille modeste. Saviez-vous qu’en 2018, 43 % des cyberattaques visaient les petites entreprises?

L’attaque par injection confronte donc les organisations à de nombreux problèmes potentiels. Comme mentionné au début de l’article, elle peut servir de vecteur pour des attaques plus importantes telles que des vers informatiques qui peuvent infecter un réseau d’entreprise tout entier.

Le risque le plus important associé à ce type de cyberattaque demeure sans aucun doute la perte de données confidentielles. Les cybercriminels qui mettent la main sur des informations sensibles peuvent s’en servir comme monnaie d’échange contre une rançon financière par exemple. Ces données peuvent également être vendues sur le darkweb et ainsi se propager à travers les cybercriminels.

Les cyberattaques impliquent également des coûts intangibles tels que la perte de crédibilité, l’affaiblissement de l’image de marque ou encore carrément la perte de clients. Vous êtes vous déjà demandé si vous étiez en mesure de vous remettre d’une cyberattaque?

 

Comment se protéger contre les attaques pas injection?

L’Université de Berkeley offre quelques recommandations afin de se protéger contre les attaques par injections.

  1. Effectuez toutes les mises à jour de sécurité de vos applications et logiciels;
  2. Misez sur la séparation des privilèges pour les comptes qui ont accès aux bases de données. Ne conférez que les accès nécessaires à chacun des comptes;
  3. N’utilisez pas de bases de données partagées entre les différents sites Web et applications;
  4. Encadrez le plus possible les informations qui sont entrées dans les formulaires. Si vous le pouvez, insérez des menus déroulants ou des options à cocher. Évitez les champs qui permettent aux utilisateurs d’entrer manuellement des informations.

 

PAL T.I. peut vous aider à prévenir les attaques par injection

Fort de ses nombreuses années d’expérience dans la gestion des technologies de l’information des entreprises du Québec, PAL T.I. peut vous soutenir dans la fortification de votre sécurité.

Contactez-nous dès maintenant. La première consultation est gratuite et nous verrons ensemble comment nous pouvons contribuer au succès de votre organisation par une saine gestion de vos TI.

 

À Propos de Pal T.I. Solutions informatiques

PAL T.I. Solutions informatiques est une entreprise qui se spécialise dans la prestation de services informatiques et technologiques auprès des entreprises québécoises. Sa mission est d’offrir aux entreprises québécoises des services informatiques adaptés à leurs besoins. En agissant comme un département T.I. externe, elle prend en charge toutes les tâches informatiques d’une entreprise pour lui permettre de se concentrer sur ses activités d’affaires. Elle y arrive en collaborant étroitement avec ses clients et en mettant leurs intérêts au centre de ses préoccupations.

Avantages et inconvénients du cloud hybride pour la PME

Avantages et inconvénients du Cloud Hybride pour la PMEL’adoption des solutions cloud permet aux petites et moyennes de répondre à divers besoins en matière d’interconnectivité et de tirer le meilleur des nouvelles technologies afin d’en faire de puissantes alliées....

Qu’est qu’une attaque par hameçonnage et comment s’en protéger?

L’attaque par hameçonnage, ou phishing en anglais, est une des cyberattaques les plus anciennes et l’une des mieux répertoriées. Elle tire son nom du terme anglais fishing, qui signifie pêcher, et a été traduit en français par hameçonnage, en raison des hameçons qui sont utilisés pour attraper les poissons.

Tout savoir sur les attaques par déni de service

Une attaque par déni de service, tirée du terme DoS (denial of service), est une cyberattaque qui vise à perturber le trafic régulier d’un service, réseau ou serveur quelconque en tentant de le submerger sous un flot de trafic internet extrême.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pal-ti-ebook

Télécharger notre E-Book

Vous y trouverez les bénéfices d'optimiser ses systèmes d'information en entreprise

Vous avez bien reçu notre E-book par mail !